Tutuola, mon bon maitre : Michèle Laforest

Publié le par troumoulou

☆☆☆☆★ Quatrième de couverture

Le roman nigérian anglophone est né avec Amos Tutuola (né en 1920 à Abeokuta, mort en 1997), sans doute le plus fécond et le plus original des romanciers anglophones de l'Afrique. The Palm Wine drinkard (1952), qui ne faisait pas très sérieux en ces années de militantisme nationaliste, est salué par Dylan Thomas, traduit en français par Raymond Queneau, dès 1953, publié chez Gallimard sous le titre L'Ivrogne dans la brousse, et sans cesse réédité depuis. Amos Tutuola a beaucoup écrit, conservé la même fantaisie et suscité une kyrielle d'admirateurs. Michèle Laforest, grande admiratrice de Tutuola, nous a déjà donné de magnifiques traductions de My Life in the bush of Ghosts (Ma vie dans la brousse des fantômes, 1988) et Feather Woman of the jungle (La femme plume, 2000). Avec ce livre, elle va au bout de sa fascination : Tutuola lui-même devient personnage au milieu de ses fantômes : enlevé par la terrible Femme-plume, qui se déplace en chevauchant des autruches, il disparaît un beau matin de son domicile. Nestor, son biographe et serviteur, va se lancer à sa recherche ; avec l'aide de Soeur Mary, Mère Secourable, qui prépare des gris gris imparables pour défier Femme-plume, et à l'issue d'un parcours initiatique semé d'embûches, il va retrouver son maître et le ramener, est-ce bien sûr, à la réalité.

Nourri d'une connaissance intime de l'univers de Tutuola, ce récit plein d'humour, fantaisiste et fantastique, est aussi la meilleure introduction qui soit à l'oeuvre de l'écrivain nigérian. La légèreté et la subtilité de Michèle Laforest nous rendent complices de ce jeu entre réel et fiction qui déplace et brouille les frontières du roman, tisse des liens supplémentaires entre l'Europe et l'Afrique.​

Mon avis ☆☆☆☆★

Un roman truculent et savoureux , construit selon les récits de contes africains.

On se retrouve, à la veillée, au village autour de l'arbre à palabre à évoquer Amos Tutuola et à sa recherche afin de le délivrer des esprits qui se sont emparés de lui.

Un roman savoureux avec un gout de brousse et de savane.... pas le savane au chocolat, la savane africaine avec ses couleurs et ses odeurs.

Le livre est préfacé par Alain Ricard.

C'est Alain Ricard, rencontré au cours d'une assemblée de Cimadiens (encore un hobby commun) et qui découvrant notre amour réciproque de l'Afrique m'a offert ce livre.

Merci Alain pour cette belle découverte, je vais me tourner vers les livres de Tutuola.

L'auteure Michèle Laforest - Genres : roman, récit, poésie, savoirs.

« Michèle Laforest est née le 7 février 1927. Elle est romancière, poète et essayiste. Elle a été aussi enseignante. Son pseudonyme, adopté en 1984, est conservé depuis pour toutes ses publications. Elle écrivit ses premiers ouvrages sous le pseudonyme Michèle Albrand et publia également sous le nom de Michèle Dussutour-Hammer. » Parmi ses derniers ouvrages publiés : • L'Espoir de l'embellie, Éditions du Moulin du Got, 2008. • Tutuola, mon bon maître, Éditions Confluences, 2007. • Le Chemin des cladonies (avec des illustrations de Guy Teste), Éditions du Moulin du Got, 2005. • La Clairière : Été 1943, Éditions Lucien-Souny, 2003. • L'Éternelle escale, Éditions G & g, 2001. • Rue des Pommes, Éditions Albin-Michel, 2001. • Les Révoltés d'Ajain, Éditions Albin-Michel, 2000. • La Femme plume (d'Amos Tutuola, traduit de l'anglais — Nigeria — par Michèle Laforest), Éditions Dapper, 2000. • Suis ta voix (avec Frohmut Knie), 1999. • Saint Pardoux en Limousin : Catalogue des représentations sculptées de saint Pardoux en Limousin : Exposition organisée par la Ville de Guéret, Musée ethnologique du Présidial Louis-Lacrocq, 17 octobre 1997-12 janvier 1998(avec Michel Manville, Pierre Pasquier et Paul-Édouard Robinne), Musée ethnologique du Présidial Louis-Lacrocq, 1997. • Clovis : Un roi de légende, Éditions Albin-Michel, 1996. • Geneviève et Attila, Éditions Albin-Michel, 1992. • Ma vie dans la Brousse des fantômes (d'Amos Tutuola, traduit de l'anglais par Michèle Laforest), Éditions Belfond, 1988. • La Perquisition, Éditions Belfond, 1986. • L' Île du silence, Éditions Belfond, 1984, 2006. • L'Envers des ombres, Éditions Le Pont de l'Épée, 1981. • La Rhétorique du silence chez William Collins, 1721-1759 : Conditions sociales, historiques et culturelles de la mort d'un poète, Université de Lille-3, 1976. • Amos Tutuola : Tradition orale et écriture du conte, Présence africaine, 1976. • La Clairière, Les Éditeurs français réunis, 1967, Éditions Magnard, 1982.

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article