La dame au sari bleu de Katherine Scholes

Publié le par troumoulou

☆☆☆★★Résumé

Une mère et sa fille séparées depuis vingt ans par un cruel destin. D'une île sauvage de Tasmanie à un ashram au pied de l'Himalaya, un superbe roman plein d'émotion et d'exotisme, par l'auteur de La Reine des pluies. Zelda sait peu de choses de sa mère, Ellen, disparue alors qu'elle n'était encore qu'un bébé. Danseuse étoile, véritable star en Amérique, Ellen avait tout quitté par amour pour James, son mari, et pour tenter l'aventure en Tasmanie. Ensemble, ils voulaient fonder une famille. Et l'arrivée de Zelda les avait comblés. Hélas ! le bonheur fut de courte durée...Lorsque vingt plus tard son père décède, Zelda trouve un article de presse révélant que sa mère est vivante, quelque part en Inde. Serait-il possible de rattraper le temps perdu ? Comment reprendre contact avec cette inconnue qu'est sa mère ? Pourra-t-elle percer le mystère qui entoure sa petite enfance ? Une chose est sûre, elle doit se rendre en Inde...

L'auteure

De nationalité anglaise et australienne, Katherine Scholes est née en 1959 en Tanzanie. Mariée, elle a deux enfants et vit désormais en Australie. Après l'immense succès de La Reine des pluies (2003; Pocket, 2004), La Dame au sari bleu est son deuxième roman à paraître chez Belfond.

Avis ☆☆☆★★

Dans la première partie, en Tansmanie sur une île sauvage, on fait la connaissance de Zelda et son père, James tous deux pêcheurs sur cette île sauvage

Zelda et son père vivent dans une baraque n bord de plage. Mais ce cadre paradisiaque abrite un lourd secret : Ellen, la mère de Zelda, n’est pas morte dans un accident de voiture, vingt ans plus tôt, comme James le fait croire à sa fille. Elle est partie, bandonnant son bébé et ne laissant à son mari qu’un message peu compréhensible en guise d’explication. C'est à la mort de James que Zelda, qui se croyait seule au monde trouve un article de journal dans les affaires de son père : on y parle d’une danseuse étoile américaine devenue une sorte de gourou en Inde. Et le visage sur la photo pourrait être la, sienne, cette danseuse lui ressemble enormement...

La partie suivante nous amène sur les traces d'Ellen.

Près de vingt ans plus tôt, Ellen est une danseuse classique américaine mondialement réputée. Mais Ellen n’en peut plus de sa vie de star. La richesse, l’admiration, la création de la poupée « Liberty » à son effigie lui font prendre conscience qu’elle n’est pas maîtresse de sa vie, de son destin. James, son compagnon, lui en fait le reproche tout les jours. Alors, elle plaque tout, sa carrière, sa richesse, et l’Amérique pour s’enfuir avec celui qu’elle aime, à l’autre bout du monde…

On suivra donc le retour d'Ellen en Amérique, puis vers l'Inde, où elle va s installer au plus loin de la vie urbaine, mais au plus près de la population. Elle va créer un ashram, et devenir une divinité vénérée.

C’est un livre fait de destins croisés, de traumatismes de l’enfance et de leurs conséquences. On y rencontre plusieurs femmes, riches ou pauvres, aux problèmes divers, mais toutes ayant soif d’une vie meilleure et de paix intérieure.

A travers la recherche de Zelda, sa route pour retrouver sa mère, c’est le parcours de ces femmes que l'on suit à travers leur luttes pour échapper à un monde occidental stressant et le mal-être que stress et contraintes ont fait naître.

Un roman captivant, qui nous entraine en Inde dans un monde de spiritualité.

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article