Le vieux qui déjeunait seul de Léa WIAZEMSKY

Publié le par Troumoulou

Résumé Y

le vieux qui dejeunait seul de Léa WIAZEMSKY

Clara, une jeune et jolie serveuse de vingt-sept ans, se prend d’affection pour un vieux monsieur dont elle ne sait rien sinon que, dans le restaurant où elle travaille, chaque lundi, invariablement, il déjeune à la même table et commande le même plat. Elle est loin de se douter qu’elle-même a piqué la curiosité de cet homme éprouvé par la vie. Derrière la gentillesse et l’éternelle bonne humeur de la jeune femme, ce vieil habitué a décelé une blessure secrète. Et pour cause : accablée par le poids des actes d’un ancêtre, Clara s’interdit d’être heureuse. Mais au fil des conversations avec Clément, ce grand-père qu’elle se choisit, le contexte historique va refaire surface et changer sa vie.

Mon avis

C'est l’histoire de Clara et de Clément à qui l'auteure donne tour à tour la parole, donnant deux reliefs d’une même histoire. une magnifique histoire d'amitié. 

Clara est serveuse dans un restaurant parisien, lui vient y déjeuner tous les lundis. Un vieux monsieur qui retient  son attention, parce qu’elle sent chez lui une profonde mélancolie. Ils s’observent l’un l’autre, se fascinent mutuellement sans se connaître et chacun attend avec impatience chaque lundi midi pour profiter de la présence de l’autre sans oser se parler.

Clara  renferme une tristesse et des blessures que les hommes et le temps n’arrivent à efface, lui cache une histoire douloureuse et les années passées n’ont pas réussi à lui redonner le goût de la vie tant espéré.
A plusieurs reprises, Clara a essayé d’engager la conversation avec celui qu’elle a décidé de prénommer Henri, mais par pudeur et peut-être par peur, elle n’y est pas parvenue.
Henri, qui en fait s’appelle Clément, a aussi remarqué la belle serveuse. Si leurs rencontres ne suffisaient qu’à rendre leur quotidien plus gai, cela serait déjà très bien, car on sent chez l’un comme chez l’autre une blessure, un secret.
Clément a près de 80 ans. Il est veuf, sa femme, son unique amour à été victime de la barbarie nazie et n’est jamais revenue des camps de la mort.
Clara, quant à elle a du mal a accepter le lourd secret familial que sa mère lui a révélé du bout des lèvres :  son grand-père aurait été un collabo très zélé pendant la deuxième guerre mondial. Un passé dont elle porte la lourde culpabilité et qui l'empêche de vivre pleinement sa vie.
Et puis les personnages secondaires, Bastien, un amoureux transi, du côté de Clara et un couple d’amis Roberto et Marta du côté de Clément. Petit à petit Clara et Clément vont s'apprivoiser et se rapprocher et se guérir l’un l’autre de leur lourd passé.

Clara trouve le grand père idéal qu'elle n'a jamais eu et Clément trouve en Clara la petite fille désirée.

Une magnifique histoire d’amitié entre une jeune trentenaire et un vieil homme de quatre-vingt ans. Chacun va apporter à l’autre le bonheur nécessaire pour trouver la sérénité.

Un formidable coup de cœur !

L'auteure

Léa Wiazem­sky est la fille de Régine Deforges et du dessi­na­teur Wiaz. Elle a pour tante la roman­cière Anne Wiazem­sky. Son arrière-grand-père est François Mauriac. Une lignée.  Léa Wiazemsky, comédienne de 35 ans, prend la plume pour raconter la rencontre aussi bouleversante qu’inattendue entre une jeune femme un peu perdue et un vieil homme solitaire. son premier roman paru en 2015.
En 2017, parait son deuxième roman " Le bruit du silence" un huis clos familial.

 

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article