Les délices de Tokyo de Durian SEKUGAWA

Publié le par Troumoulou

YQuatrième de couverture  

Les délices de Tokyo de Durian SUKEGAWA

roman Alban Michel - 239 pages- ISBN 978 2 226 32288 3

« Écoutez la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager.

 

Magnifiquement adapté à l'écran par la cinéaste Naomi Kawase, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel : un régal.

L'auteur

Artiste éclectique, Durian Sukegawa est poète, écrivain et clown, diplômé de philosophie et de l'École de pâtisserie du Japon. D'abord scénariste, il fonde en 1990 la Société des poètes qui hurlent, dont les performances alliant lecture de poèmes et musique punk défraient la chronique. 
De 1995 à 2000, il anime sur les ondes d'une radio nationale une émission nocturne plébiscitée par les collégiens et les lycéens.
Il est l'auteur de nombreux romans et essais. "Les délices de Tokyo" est son premier livre traduit en français. Il a été adapté pour le cinéma par Naomi Kawase. 
Source Albin Michel

Mon avis

Une vieille dame et un vendeur de beignets, une délicieuse pâte de haricots sucrés le "an", le secret de fabrication des fameux « dorayaki » et la douloureuse histoire d'une exclusion. Un roman qui stimule vos papilles.

Sentarô, mauvais garçon repenti, fabrique et vend des pâtisseries, les « dorayaki »  dans une petite rue de Tokyo; il y rencontre Tokue, une vieille dame aux mains abimées qui lui propose son aide... Mais elle porte un lourd secret.

La vieille dame qui cache un secret que je vous révélerai pas pour ne pas spoiler va apprendre à Sentaro la recette de cette pâte d’haricots rouges qui redonnera aux dorayaki une saveur incomparable et le succès à son échoppe. Mais plus subtilement c’est la recette du bonheur et du gout pour la vie qu’elle va transmettre à Sentaro ainsi qu’à certains de ses clients. La vie et l’envie qui avaient désertés le quotidien de Sentaro vont petit à petit lui revenir et le sortir de sa solitude et de sa résignation.

 

C’est un voyage dans la culture japonaise et ses pâtisseries, mais aussi la découverte pour moi d’une partie exclue de ce peuple. 
C’est le rencontre d’un jeune homme perdu et d’une vieille dame pleine de sagesse.

La première partie du roman est très "gourmande", l'auteur  nous fait saliver, on a vraiment envie de les goûter ces fameux "dorayaki". La seconde partie, nous livre les secrets de Tokue et Sentarô et un pan douloureux lié à l’exclusion.

Avec beaucoup de sensibilité, de délicatesse, un récit qui partage l'amour de la cuisine mais aussi l'amour de la vie. Un récit qui nous parle avec poésie et émotion des souffrances du corps et du cœur, de la honte mais aussi de la solitude, de l'enfermement.

Pour moi c'est un coup de cœur, j'ai adoré cette histoire qui a un gout de gourmandise, de solidarité et qui nous rappelle l'importance d'être heureux malgré tout ce qui peut arriver au court d'une vie.

 

Lisez les délices de Tokyo et ouvrez-vous à l'émotion qui vous envahira.

 

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article