Cette chanson que je n’oublierai jamais de Mary Higgins Clark

Publié le par Troumoulou

Quatrième de couverture : ☆☆☆★★

Mary Higgings Clark

 ISBN : 2226177167 - Édition ALBIN MICHEL  420 pages

Une ritournelle lancinante trotte dans la tête de Kay. D'où vient-elle ? Que signifie-t-elle ? Pourquoi l'obsède-t-elle à ce point ?
En plongeant dans ses souvenirs, la jeune femme revoit une scène imprécise, lorsqu'elle était enfant, dans la propriété des Carrington où elle a grandi... 
Depuis, Kay a épousé Peter, l'héritier de la famille. Mais les rumeurs qui courent sur son époux concernant la disparition d'une jeune fille et la mort accidentelle de son ex-femme, retrouvée noyée dans la piscine, se confirment, et Peter se retrouve en prison. 
Convaincue de son innocence, Kay se laisse emporter par cette musique, sans savoir qu'elle recèle un secret très dangereux pour elle, et pour lui...

Mon avis : 

J'ai bien aimé l'humanité et la simplicité du couple que forme Peter et Kay.
Le récit est assez classique, joue entre la situation dans laquelle se trouve Peter, le refus de Kay d'abandonner son mari à son sort et les rôles des différents protagonistes, tant les proches du couple et des victimes que les enquêteurs.
Les chapitres sont courts, ils enchaînent les points de vue et donnent une vue d'ensemble sur l'histoire et les personnages si bien courts qu'on se laisse facilement emporter par l'envie d'en lire un nouveau.
Si au début, j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'intrigue, au fil des pages je me suis laissé prendre par le suspens, emporter par l'enchaînement des chapitres et ai eu mal à lâcher ma lecture. 
Si l'on devine dés le départ que le dénouement ne sera pas celui préalablement pressenti par la justice, les suspects sont nombreux et la fin est surprenante.
C'est un bon petit roman policier.

L'auteure : 

Mary Higgins Clark est née le 24 décembre 1927 à New York. C'est une écrivaine américaine, spécialisée dans le roman policier et le roman de suspense. De son mariage avec Warren Clark, elle a eu une fille, Carol, elle-même écrivain sous le nom de Carol Higgins Clark, tandis que sa belle-fille Mary Jane Clark est elle aussi auteur de romans policiers et de comédies romantiques. 

 Peu après son mariage, elle commence à écrire des nouvelles qu'elle envoie aux journaux. Les refus sont nombreux mais Mary s'obstine et, en 1956, " Extension Magazine " publie enfin une de ses nouvelles.

En 1964, Warren Clark meurt brusquement la laissant seule avec cinq enfants. Mary retrouve du travail et écrit des scripts pour la radio. Son premier livre publié, une biographie de George Washington, ne sera pas un succès. Elle décide alors d'écrire un suspense. Ce sera La Maison du guet qui devient immédiatement un best-seller. Le succès accompagnera tous ses livres par la suite. 

En France, les éditions Albin Michel publient en 1979 La Nuit du Renard donnant par la même occasion le coup d'envoi à la collection Spécial Suspense. Après ses premiers succès, elle entre à l'Université de Fordham au Lincoln Center et passe un diplôme de philosophie. 

Mary Higgins Clark a reçu en 1980 le Grand Prix de Littérature policière pour La Nuit du renard et en 1998 le Prix du Festival du film de Deauville.

Depuis, elle publie un titre par an, toujours accueilli avec le même succès par le public. Mary Higgins Clark connaît très peu de concurrents, mais partage la vedette avec sa propre fille, Carol, avec qui elle a notamment co-signé Trois jours avant Noël. Celle que l'on appelle la "reine du suspense" a fait, avec ses intrigues rythmées et bien ficelées, palpiter les cours des lecteurs du monde entier.

 

 

Publié dans Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article