Festival des arts et traditions populaires du Nayala : Un cadre d’instruction socio-culturelle

Publié le par troumoulou

Le potentiel culturel de la province du Nayala est immense. Mais elle n’est pas encore assez connue. Pour rompre avec cette méconnaissance préjudiciable au développement, l’Association culturelle du Nayala (ASCUNA) présidée par Doulaye Corentin Ki, chef du bureau de l’Union africaine à N’Ndjamena au Tchad, a initié le Festival des arts et traditions populaires du Nayala (FESTANA). La 1ère édition, étalée sur trois jours, a débuté le 28 décembre 2012 à Toma, chef-lieu de la province sous le thème : « le tam-tam et sa valeur culturelle chez les peuples du Nayala ». La cérémonie d’ouverture de ce festival a particulièrement été marquée par un défilé qui a permis de découvrir la diversité culturelle du terroir . 
La 1ère édition du FESTANA (Festival des arts et traditions populaires du Nayala) a refermé ses portes le 30 décembre 2012. En plus de la découverte de la diversité culturelle et artistique de la province, elle a offert un cadre d’instruction sur des valeurs sociales et culturelles hautement appréciables. L’occasion a été en effet celle de la connaissance par les habitants de la ville de Toma de leurs origines ainsi que des valeurs sociales et culturelles du tam-tam.

Trois jours durant, les  festivaliers se sont familiarisés aux différents langages du Tam-Tam.

Populariser, magnifier, faire rayonner la culture locale au-delà des frontières de notre pays, telle semble être l’ambition commune à l’Association culturelle du Nayala (ASCUNA) et à la population du Nayala dans son ensemble. Encore faut-il que la diversité culturelle des peuples soit connue. Et l’ASCUNA, à en croire son président qui a insisté sur son caractère apolitique, entend s’investir dans la connaissance partagée du patrimoine de la province. « Nous sommes en train de recenser tout le patrimoine culturel du Nayala, et nous allons le populariser », a indiqué Doulaye Corentin Ki, le président de l’ASCUNA. Et d’appeler particulièrement les membres de l’association à la persévérance dans ce sens.

FESTANA-2.jpg

FESTANA-1.jpg

lien vers le faso net article du 31 descembre 2012

lien vers le faso net articledu 04 janvier 2013 sur Festana 2012

Présentation de la ville de Toma

 Connue sous le nom de « Tonma » qui signifierait « nous avons taté » en San.  
 La commune de Toma compte 16 villages avec une population de 10.269 habitants. 
  La ville de Toma est découpée en quartiers : Bala, Daman, Guèlan, Kassan, Parpa, Piléa et Saint 
 Louis. 

    Sur le plan administratif, Toma est le chef lieu de la province du Nayala. Cette province compte six (6) départements et communes. Le repère de la province sur le plan culturel, c’est la lutte traditionnelle. C’est aussi dans cette province que la célèbre « troupe Logoin » de Toma, sacrée artiste du peuple, prend sa source.

     En mars 1913 les premiers missionnaires conduits par le Révérend Père Joseph Dubernet sont arrivés à Toma et fondèrent la Paroisse de Toma. La Paroisse aura cent ans en 2013. Le premier chrétien et catéchiste du Burkina est issu de cette paroisse. C’est au contact de ces missionnaires que l’enseignement catholique  a ouvert ses portes en 1920 aux garçons et filles de la Paroisse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article